Les Alpes: une identité à l’époque moderne?

Alors que les montagnes ont pendant longtemps été perçues comme un univers repoussant fait de marges et de retards, la première modernité (XVe, XVIe, XVIIe siècles) nous montre au contraire un intérêt croissant pour les Alpes. Celui-ci se manifeste sous différentes formes, tant de la part des extérieurs à la montagne que des autochtones. À la faveur des intérêts géopolitiques nouveaux générés par les guerres d’Italie, l’idée de valoriser un règne, voire une forme d’identité territoriale par la verticalité se fait jour. Les Alpes se dessinent alors comme un espace non seulement naturel et géographique, mais aussi comme un ensemble stratégique, dont les dimensions sont politiques et culturelles. Cette thématique sera évoquée à travers les cas spécifiques des expéditions françaises en Italie au début du XVIe siècle; de l’affirmation de l’État savoyard au tournant des XVIe et XVIIe siècles, et par la prise de position idéologique de certains auteurs issus des Alpes, notamment le Savoyard Jean Menenc, en faveur de leur territoire montagneux considéré comme une source de fierté et, à ce titre, susceptible d’être revendiqué comme telle face à leurs détracteurs.

Intervenant-e