Neutralité et richesse. La décolonisation en Afrique: un « renversement révolutionnaire » pour la Suisse ?

Même si la Confédération suisse a conduit une politique neutre en se présentant toujours comme un sujet médiateur et, dans le contexte de la décolonisation, en bénéficiant d’une position privilégiée, elle a cependant eu des intérêts (surtout économiques) en Afrique et a vécu les conséquences d’un phénomène défini par l’historien britannique Geoffrey Barraclough comme un « renversement révolutionnaire ».

Comme l’ont souligné une série d’auteurs, on peut parler d’héritage colonial dans un pays n’ayant pas possédé de colonies au sens administratif du terme. Le panel propose une analyse du rôle suisse dans le système des relations internationales de la deuxième moitié du XXème siècle, en analysant en particulier son poids, économique et politique, pendant le processus de décolonisation.

En plus des effets politiques et démographiques, qui ont conduit à la construction de mémoires conflictuelles toujours existantes, la décolonisation a ressenti des conséquences économiques durables, à cause des échanges déséquilibrés et des rapports de dépendance instaurés par le système colonialiste. La Suisse présente-t-elle des similitudes avec les autres puissances européennes qui ont joué un rôle en Afrique pendant la période coloniale ? Quelles sont les répercussions de la décolonisation sur le plan économique, social et politique? Comment évoluent les relations entre la Suisse et les Pays africains et dans quelle mesure la politique de neutralité les influence-t-il ?

Les contributions analyseront, en outre, le positionnement politique suisse face aux acteurs de la Guerre froide, les enjeux économiques et les relations diplomatiques et bilatérales avec différents Pays africains dans un une perspective historique transnationale.

Intervenant.e.s:

-Sabina Widmer, Université de Lausanne [Le rôle de la Suisse durant la décolonisation de l’Angola et du Mozambique, 1967-1976]

- Marisa Fois, Université de Genève [Suisse et Algérie, une décolonisation transnationale (1962-1977)]

Responsabilité