La participation aux Journées d'histoire est gratuite pour les membres de la SSH. Plus d'informations sur l'affiliation à la SSH ici.

Nature et handicap: entre essentialisation et «espace de liberté» / Natur und Behinderung: Zwischen Essentialisierung und «Freiheitsraum»

La représentation sociale des personnes en situation de handicap a longtemps été façonnée par les milieux médicaux, scientifiques et éducatifs, qui ont défini le handicap à partir des déficiences physiques, psychiques ou sensorielles des individus et en tant que déviance par rapport à des normes biomédicales préétablies. C’est aussi comme tel que les sciences humaines ont d’abord considéré le handicap, en l’étudiant d’ailleurs de façon marginale. Dans le cadre des Disability Studies, la Disability History a instauré une forme de rupture par rapport à ce cadre existant, en plaçant le handicap au centre des intérêts historiographiques. Elle présente désormais une conception sociale et culturelle du handicap, en interrogant la façon dont les sociétés construisent les déviances par rapports aux normes établies et comment les (in)capacités (Dis/Ability) sont conçues en tant que catégories sociales structurantes et génératrices de pouvoir, similaires aux catégories de race, de classe et de genre (Bösl, Klein, Waldschmidt (Hg.), Disability History: Konstruktionen von Behinderung in der Geschichte, 2010).

Dans la perspective d’une compréhension sociale et culturelle du handicap en lien avec ces perspectives issues de la Disability History, l’objectif de notre panel sera, d’une part, d’examiner les processus historiques de (dé)naturalisation et de (dés)essentialisation du handicap, et de porter un regard critique sur les représentations sociales de la normalité et sa structuration biologique (Link, Versuch über den Normalismus: Wie Normalität produziert wird, 2006). Un accent particulier devra être mis sur la façon dont les interprétations sociales du handicap et les qualifications de «naturel» assignées aux personnes en situation de handicap affectent les réalités quotidiennes des personnes concernées.

D’autre part, pour de nombreuses personnes en situation de handicap qui ont été socialisées en institution, la nature a pu leur offrir un environnement de contraste particulier dans lequel elles ont pu confronter leurs capacités et leurs limites. Le deuxième axe du panel souhaite ainsi éclairer l’expérience de la nature en tant qu’espace où peut intervenir une rupture, ou une complémentarité, au cadre institutionnel habituellement très centré, voire très fermé (Goffman, Asylums, 1961) sur le handicap.

Le champ de la Disability History offre ainsi différentes perspectives de la «nature» en tant qu’objet historiographique et permet d’étudier l’ambivalence du concept et de ses implications. Le panel permettra de discuter de l’étendue des liens possibles entre la nature et les différentes formes de handicap.

Responsabilité

Commentaire

Intervenant-e-s

Interventions