«Ni l'affaire d'un seul homme ni d'une seule vie». L’historia stirpium (1768) d'Albecht von Haller comme réseau collaboratif

Albrecht von Haller (1708-1777) publia en 1768 l’Historia stirpium, le premier catalogue de la flore suisse, contenant 1'737 plantes à fleurs, qu'il a fourni avec environ 7’500 localités de leur récolte. Pour cette réalisation, Haller est internationalement considéré comme l'un des botanistes les plus importants. Cependant, comme le jeune Haller l'avait déjà prédit au début de ses recherches botaniques, ce travail n'était cependant «ni l’affaire d’un seul homme ni d’une seule vie». Haller lui-même a cité dans son ouvrage plus de 100 personnes qui ont collecté des plantes pour lui et avec qui il était en contact par sa vaste correspondance. L'analyse de ces collecteurs en fonction de leur étendue spatiale, mais aussi en fonction de leurs milieux sociaux, est comprise comme une histoire sociale du savoir botanique. Pour sa riche information sur les espèces végétales de sa grande Flore Suisse, Haller utilise également d'innombrables détails historiques de ses prédécesseurs (variantes de noms, spécimens, etc.). Il a eu accès à ces collections historiques de plantes (herbiers) grâce à son vaste réseau de correspondance. La grande Flore suisse de Haller peut donc être précisément analysée comme le produit d'une «culture collaborative du savoir».

ReferentIn